Image

apres

C’était un matin pluvieux, et c’était le jour du ramassage des encombrants dans ma rue. Une fois de plus mon regard fut attiré par un objet dont je suis tombée immédiatement amoureuse malgré son piteux état. L’objet n’était pas de petite taille et il m’a fallu demandé l’aide de mon mari qui partait au travail juste derrière moi. Je précise qu’il était tout à fait heureux de se mouiller et de devoir porter cet objet volumineux, habillé en costume.

Alors voilà, si ce banc était déjà beau à mes yeux j’étais consciente qu’il y aurait du travail et que cette fois-ci il me faudrait un professionnel. Je dis cette fois-ci parce qu’après mon aventure avec le lit de bébé en fer forgé, je ne comptais pas retenter l’aventure seule.  ( cf article intitulé « Transformation d’un lit de bébé en fer forgé ». Ici, l’objet allait nécessiter une réparation, et seul un féronier pouvait la pratiquer. Les pieds de la bergère avait été réalisés en tube creux et avaient plié sous le poids d’années d’utilisation. J’ai donc demandé à faire remplacer les 4 pieds par des tubes pleins pour en assurer la pérennité. Avant celà, comme pour le lit de bébé, le métal a été sablé afin de décaper les successives couches de peinture.

Une fois la réparation finalisée, l’étape suivante fut la peinture au pistolet parce que pour le pinceau j’avais déjà donné !  Petite anecdote concernant le choix de la peinture : j’étais allée choisir sur le nuancier de l’artisan le rouge intense dont je rêvais pour ce meuble de jardin. Seulement voilà, je lui montre la couleur et il note la référence. Puis il me dit : « Passez mardi, j’aurais fait la première couche on verra s’il faut adjuster pour la deuxième ! »

Et le mardi suivant, en passant la tête dans son atelier j’ai vu çà :

13745196_

Aaaaaaaaaaahh !

Alors qu’est ce qui s’est passé ? Une erreur d’un chiffre sur la référence de la peinture voilà tout. Et je me retrouve avec la banquette de Barbie ! Bon, tout est rapidement rentré dans l’ordre mais ce qui est bien c’est que ça fait des souvenirs parce qu’après coup on en rigole bien !

 

 

 

Publicités