Image

apres_medaillon

Voici le fruit d’une autre rencontre au coin d’une rue. Là encore, quelqu’un avait abandonné cet objet qui avait besoin d’un sérieux rafraichissement. Et là encore j’ai cru voir en cette chaise un potentiel que je ne regrette pas aujourd’hui. Bien sûr, il m’aura fallu du temps, mais j’ai depuis la  satisfaction du travail accompli. La carcasse n’était pas en mauvais état mais nécessitait d’être recollée afin d’être fiable. Le rembourrage quant à lui devait être entièrement revu. Les cours de restauration de fauteuils auxquels j’étais inscrite furent plus que bénéfiques.

La première chaise que j’avais retapée m’a permis d’apprendre le rembourrage avec sangles et crins ( animal et végétal ). Cette fois-ci, la technique a été un peu plus complexe en mêlant sanglage et mise en place de ressorts puis crins. Je me rappelle qu’à chaque fois que j’abordais une nouvelle étape dans la restauration, je me disais ; « ah, j’ai fait le plus dur ! » et à chaque fois c’était sans imaginer ce qu’il y aurait à faire après ! Mais c’est un exercice dont le résultat est tellement agréable, si concret, qu’on ne regrette pas les heures passées ( et les douleurs aux mains ! ).

Si je devais donner un conseil à ceux et celles que cela tenterait de se lancer dans une restauration, ce serait de ne pas vouloir aller trop vite. Préférer faire chaque étape correctement car en avançant les défauts s’accentuent et ne s’effacent pas.

IMAG0363.jpg

Publicités