Image

apres_lit_1

apres_lit_2

J’ai chiné ce lit de bébé en fer forgé dans une brocante en Provence. Il a voyagé entre mes 2 enfants ( 2 à l’époque ! ) afin de revenir de vacances avec nous, ensuite il a fallu entamer sa restauration.

Le travail de nettoyage des couches de peinture successives a été fait par un professionnel selon le principe du décapage au sable à haute pression. ( cf photo « Après » n°1 ). Il est possible de réaliser ce sablage en louant une machine dans une enseigne dédiée à la location de matériel. Dans ce cas, il est préférable de le faire en extérieur car le sable est volatile et on en retrouve partout.

L’étape la plus dure aura été celle de la peinture. Il faut savoir rire de ses erreurs, alors voici ce que j’ai choisi de faire à ce moment-là. Enceinte de 5 mois, j’ai estimé que l’option « peindre dans le garage » était la bonne. Sauf que ce n’était pas un garage mais un parking, alors qui dit parking dit minuterie ! Vous imaginez le calvaire toutes les 3mn retourner appuyer sur le bouton… Donc, çà m’a pris 4 heures pour peindre la première couche. Seulement, il en fallait une deuxième et forcément çà m’a pris 4 heures supplémentaires le lendemain. Je me suis juré alors de ne plus peindre un support tubulaire au pinceau, de plus, dans un endroit inapproprié.

Restait à finaliser la restauration en renforçant l’assise, puisque ce lit fait maintenant office de canapé. Pour cela, j’ai dessiné un meuble-tiroir réalisé sur mesure. J’ai volontairement choisi de le faire plus petit que le lit afin de laisser la part belle aux pieds joliment ornés.

Il me restera un jour prochain à commander une mousse sur mesure afin de réaliser un coussin d’assise adapté. Pour l’instant, j’ai recyclé des coussins qui avaient une autre fonction dans la maison.

 

 

 

Publicités