Recherche

Apprenti patissier

#20_1#20_2#20_3

Publicités

Restauration d’un fauteuil

Tout a commencé par le don d’un fauteuil que l’on m’a fait il y a quelques années.  Ce crapeau je l’imaginais déjà retapé et dans une autre couleur. Il était en bon état mais la couleur ne me convenais pas du tout et ses franges non plus. J’ai dû le garder pourtant dans cet état pendant un long moment avant de m’attaquer à sa restauration.

Image
Image

 

Alors voilà, après un an de cours de restauration de fauteuil à raison de 3 heures par semaine et après avoir réalisé 4 chaises pendant cette première année, j’ai demandé à ma prof de restauration si je pouvais travailler sur un fauteuil. Alors avec son approbation, je me suis sentie prête à m’attaquer à mon crapeau. 

C’est toujours un plaisir aujourd’hui de pouvoir dire : « C’est MOI qui l’ai fait ! » (pour les plus jeunes, cette réplique fait écho à celle de Valérie Lemercier dans une publicitée des années 80 ou 90)

La première étape fût de déhousser la bête en défaisant soigneusement les coutures afin de conserver le gabarit du tissu de finition. Ainsi le tissu récupéré pouvait servir de patron pour le nouveau, mais cela sera l’étape finale de la restauration. Une fois le déhoussage réalisé, nous avons convenu avec ma prof’ que l’assise était à refaire mais que le dossier pouvait être conservé. A ce moment-là, c’était une très bonne nouvelle pour moi car bien entendu la restauration allait me prendre moins de temps. Je n’imaginais pas pour autant que ça allait prendre 10 mois.

 

 

Les étapes suivantes furent le nouveau sanglage, la pose des ressorts puis la pose de la toile forte. Les ressorts sont cousus par le bas aux sangles et par le haut à la toile forte, ainsi ils sont assurés des rester en place.

 

 

La traditionnelle pose du crin végétal fut complétée par la remise en place de la galette d’origine. Cette étape permet, quand elle est possible, de s’assurer la reproduction la plus fidèle au design initiale. Ce crin est maintenu en place par une nouvelle toile forte.

 

 

Cette toile maintient donc le crin végétal mais sert également de support d’accroche au crin animal. Une “cheminée” est créé avec un fil résistant, les points utilisés s’appellent des points de fond. Ainsi, il est possible de fixer uniformément le crin animal au tissu en le passant sous le fil. 

 

A ce moment-là, j’étais presque arrivée à l’étape de pré-finition : la pose de la toile blanche. Et j’étais ravie d’en voir la fin. Seulement voilà, de profile l’avant de l’assise présentait une grosse différence entre le bois et le boudin en toile forte. A chaque problème sa solution, j’appris donc la technique de création d’une « moustache » pour rattraper esthétiquement cette différence de niveau. Ceci fait, la pose de la toile blanche put ainsi être entrepris, suivie de la pose d’une couche d’ouate.

Dernière étape de cette restauration : la pose du tissu d’ameublement. Trois mètres sont nécessaires pour ce type de fauteuil. Les morceaux du vieux tissu sont mis à plat et mesurés afin de préparer le plan de coupe du nouveau. Le tissu doit ensuite être découpé, préparé puis assemblé. Le pli du dossier et la couture qui assemble les accoudoirs au dossier doivent être fait à la machine. N’étant pas couturière moi-même, cette partie n’était pas la plus simple pour moi mais j’ai pu m’appuyer sur les compétences de Martine (ma prof’).

Pour finir, le tissu est mis en place puis par endroit clouer à la structure du siège ou en d’autres endroits les parties sont cousues entre elles avec des points cachés. Et quand on croit que c’est fini, il en reste encore… pour protégé les sièges, il est fortement conseillé de poser sous l’assise un tissu léger appellé jaconas afin d’empêcher la poussière de s’infiltrer à l’intérieur.

Voilà, ce fût un long chemin mais ça en valait la peine. Mon premier fauteuil restauré par mes soins a rejoint les deux autres restaurés par Martine, merci à elle pour tout.

 

GRAFTON8PHOTO.JPG

 

 

Routine du soir…espoir !

 

#19_1

#19_2

#19_3

#19_4

#19_5

#19_6

#19_7

#19_8

#19_9

#19_10

#19_11

#19_12

#19_13-2

Bye Ingvar

Ancienne employée d’IKEA, j’avais eu l’occasion de rencontrer Ingvar Kamprad à plusieurs reprises. Je me souviens tout particulièrement du samedi 9 octobre 1999, j’étais à ses côtés à l’ouverture du magasin d’Evry pour accueillir les clients de façon conviviale. Ce jour-là, il avait organisé une grande opération marketing en reversant à ses employés le montant du chiffre d’affaire du jour. Pour moi, çela équivalait à plus d’un mois de salaire pour une journée travaillée. Ce n’est pas tous les jours que l’on peut dire un truc pareil !!!

IK_EA

One year of handwriting

Il n’y a pas de doute, il n’y a qu’en pratiquant que l’on peut progresser ! Alors je reste encore très critique sur ma calligraphie ; mais quand je revois ce que je faisais il y a un an, je me rends bien compte que le geste est plus fluide et l’écriture plus régulière.

C’est l’occasion de vous souhaiter une bonne nouvelle année, quelle soit douce et bien remplie.

hello_janvier_2017

février

mars

meteo

juillet

Aout

septembre

octobre

novembre

decembre

bonne_annee_2018.jpg

R.I.P Johnny !

RIP_Johnny

Requiem pour un fou : for ever my favorite one !

Je vous préviens n’approchez pas
Que vous soyez flic ou badaud
Je tue celui qui fait un pas
Je ne ferai pas de cadeaux
Éteignez tous vos projecteurs
Et baissez ces fusils braqués
Non je ne vais pas m’envoler sans elle

Dites aux curés, dites aux pasteurs
Qu’ailleurs ils aillent se faire pendre
Le diable est passé de bonne heure
Et mon âme n’est plus à vendre
Si vous me laissez cette nuit
A l’aube, je vous donnerai ma vie
A quoi me servirait ma vie sans elle

Je n’étais qu’un fou, mais par amour
Elle a fait de moi un fou, un fou d’amour
Mon ciel c’était ses yeux sa bouche
Ma vie c’était son corps son coeur
Je l’aimais tant que pour la garder

Je l’ai tuée pour qu’un grand amour
Vive toujours il faut qu’il meure
Qu’il meure d’amour

Le jour se lève, la nuit pâlit
Les chasseurs et les chiens ont faim
C’est l’heure de sonner l’hallali
La bête doit mourir ce matin
Je vais ouvrir grand les volets
Crevez moi le coeur je suis prêt
Je veux m’endormir pour toujours
Près d’elle

Je n’étais qu’un fou mais par amour
Elle a fait de moi un fou, un fou d’amour
Mon ciel c’était ses yeux sa bouche
Ma vie c’était son corps son coeur
Je l’aimais tant que pour la garder
Je l’ai tuée je ne suis qu’un fou
Un fou d’amour, un pauvre fou
Qui meurt d’amour

musique : Gilles Thibaut
paroles : Gérard Layani

Second half way of Inktober

« Voilà… c’est fini » comme dit la chanson.  Deux jours après la fin de cette belle aventure, la nostalgie me guette. C’était donc une première pour moi que de participer au challenge Inktober mais j’en serais donc venu à bout. Je vous livre ici la seconde partie du mois d’octobre en dessins à l’encre. J’aurais vécu un mois où se sera mêlé stimulation et craintes mais il m’en restera la satisfaction d’être aller au bout de l’engagement. Pour répondre aux critères de participation au challenge, ces dessins ont été postés au jour le jour sur mon compte Instagram.

gras

#gras

 

elegant

#élégant

 

crasseux

#crasseux

 

nuage

#nuage

 

profond

#profond

 

furieux

#furieux

 

trail.jpg

#piste

 

juteux.jpg

#juteux

 

aveugle

#aveugle

Dessin réalisé d’après photo. It’s suppose to be Ray Charles !

 

navire.jpg

#narire

 

grincer.jpg

#grincer

 

grimper.jpg

#grimper

 

chuter.jpg

#chuter

 

uni.jpg

#uni

 

 

trouvé

#trouvé

 

masque.jpg

#masque

Le compte y est  ! J’espère sincèrement ne pas trouver une mauvaise excuse pour ne pas le refaire l’année prochaine.

😉

Half way of Inktober

Inktober, vous connaissez ? Cela faisait longtemps que je voulais essayer de relever ce challenge. 2017 aura donc été l’année de cette première. Une fois passée la crainte de ne pas tenir le mois complet, c’est un vrai plaisir au quotidien. Les règles sont simples, poster un dessin à l’encre par jour et sur un thème prédéfini. Jake Parker est l’illustrateur à l’origine de ce projet, c’est lui qui diffuse, courant septembre, la liste de mots qui sera le fil conducteur du Inktober à venir.

Comme je suis quelqu’un qui aime l’ordre, j’ai souhaité que mes dessins soient rangés dans un même carnet, ce qui fait que je me suis imposée une règle suplémentaire. Chaque dessin est réalisé au format 10×10 cm. Alors voilà, comme je ne pouvais pas attendre la fin du mois pour le partager, je me suis dit que la moitié du chemin c’était déjà bien consistant.

22157914_143113062971298_6947966911112019968_n

day 1 : #swift #rapide

 

22157142_363794200716173_360661932992102400_n

day 2 : #divided #divisé

 

22071518_232560607273229_796365027773775872_n

day 3 : #poison

 

underwater.jpg

day 4 : #underwater #sousl’eau

 

22280845_1938865013068490_2353569282807300096_n

day 5 : #long

 

22278250_1791843260845296_4344416813551976448_n

Day 6 : #sword #épée

 

timide

day 7 : #shy #timide

 

22280666_482088318828821_6058460814535294976_n

day 8 : #crooked #tordu

 

22280379_938802222933501_5754006328271962112_n

day 9 : #screech #crissement

 

22280799_134229257323680_3137801195473600512_n

day 10 : #gigantic #colossal

 

22344838_1419769428139864_662006579465289728_n

Day 11 : #run #courir

 

bouleversé

Day 12 : #shattered #bouleversé

 

day13

Day 13 : #teeming #grouillant

 

day14

Day 14 : #fierce #féroce

 

day15

Day 15 : #mysterious #mystérieux

Voilà, encore 16 jours avant la fin de la deuxième moitié. Le thème d’aujourd’hui c’est gras, et j’ai déjà ma petite idée !

Oh bravo !

#18_1

#18_2

#18_3

#18_4

 

#18_5

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑